21 février 2014

Burundi

Qu'est-ce qui motive des voyageurs à visiter le minuscule Burundi? Les Tambourinaires! Quand j'étais petite, cette troupe de percussionnistes de renommée internationale est venue à Drummondville dans le cadre du Mondial des Cultures. Leur performance était mémorable et je vous encourage à voir ce qu'ils font sur YouTube.

Les dimanches après-midi, la troupe donne généralement des spectacles à la plage Saga, un peu en dehors de la capitale Bujumbura. On s'est donc lancé dans trois journées de transports effrénés pour être à destination à temps pour une performance.

Étant limités par un visa de transit de trois jours seulement, il était crucial que tous nos transports, à partir d'Arusha en Tanzanie, se passent sans encombre pour avoir le temps de trouver la troupe et aussi pour sortir du pays dans les délais prescrits.

Les deux premières journées complètes d'autobus se sont passées sans problème et on avait même espoir d'atteindre la capitale de l'ancienne colonie Belge avec un jour d'avance. On comptait vraiment trop sur notre chance et notre première nuit en sol Burundais s'est passée dans la petite bourgade de Muyinga.

À notre hotel, il y avait une fête pour le club sportif du village. C'était amusant de voir une trentaine d'hommes danser sur des succès africains comme PSquare, mais aussi sur des vieux classiques francophones comme Joe Dassin. Le plus surprenant, pendant notre séjour, était d'entendre Patrick Norman avec: "Ne laisse pas passer... La chance d'être aimée. Le coeur devient moins lourd, quand on est en amour!"

Je vous épargne le suspense d'une autre journée de transport pour vous dire qu'on a réussi à atteindre la plage à temps... Contrairement aux Tambourinaires, sniff sniff. Vous aurez peut-être plus de chance lors d'une de leur tournée près de chez vous!
Malgré cette petite déception, je peux quand même vous dire que le Burundi nous a laissé une bonne impression. Ce fut bref, mais de nos transports qui nous ont fait traverser le pays d'est en ouest, on a vu plein de collines verdoyantes. Il y a plein de plantations de thé, café et bananes sur les coteaux escarpés et des rizières dans les vallées. Les gens étaient sympathiques et assez surpris de voir des touristes dans leur petit coin rarement visité.

On a peu de photos pour vous, puisqu'on a passé la majorité de notre temps entre les transports, dans les banques et bureaux de change, puisqu'il fallait aussi préparer notre entrée au Rwanda. Note aux voyageurs qui veulent visiter l'Afrique de l'Est: Visa, ça va; Mastercard ça va pas. Aussi, bonne chance pour trouver des guichets automatiques qui acceptent votre cartes internationales.

La suite de notre périple sera donc au Rwanda, ou j'ai espoir de voir une performance de Intore, une forme de danse-percussion similaire aux Tambourinaires.
Dernier instant d'espoir à la plage Saga.

4 commentaires:

tinaliaquebec a dit...

salut! meilleure chance au Rwanda!
Merci pour les entrées dans votre blog des derniers jours. J'attendais avec impatience de voir comment c'étais, un safari. Moi aussi je veux en faire unnnn!!!!!! quoique si je veux voir des singes, je peux toujours aller dans la chambre de mes filles...
Bisous

claire l'ex-routarde a dit...

Allô! Ça bouge en "titi" chez vous, et tel que suggéré, avec "YouTu-be" je devine vos vibrations et tempo. En pyjama, sans carte-visa ni visa je profite tjrs de votre voyage avec grand intérêt et curiosité grandissante. Quoique "matante" ose vous écrire: vigilance et prudence dans ce pays aux mille collines(tiré d'un texte sur Google...). Je vous souhaite encore bonne route avec des merveilleuses rencontres et des photos à me rendre jalouse... Grosse bise A+ (???)

claire l'ex-routarde a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
André Guay a dit...

Dommage que les tambourinaires vous aient manqué au Burundi, ils sont vraiment extraordinaires.

Magnifiques photos de votre safari, c'est à rendre jaloux.

Prudence au Rwanda et meilleure chance avec Intore.

Liette et André