17 décembre 2013

Églises rupestres du Tigray et de Lalibela

Nos derniers jour dans le circuit touristique du nord nous ont fait visité une série d'églises rupestres creusées directement dans le roc. Les églises de Tigray sont creusées à flanc de montagne avec une façade ajoutée subséquemment. Elles sont souvent difficile à atteindre, nécessitant de marcher quelques heures dans les champs et parfois même un peu d'escalade! La plupart des gens les visitent en organisant un 4x4 avec guide, mais, dû à notre grand désir d'aventure, nous avons eu beaucoup de plaisir à les explorer par nous même en utilisant les transports locaux. Bon, ça à fait que l'on à réussi à en visiter seulement 2.5 en 3 jours (on n'a pas réussi à trouver le prêtre pour nous ouvrir la porte d'une d'entre elles), mais c'était bien agréable de rencontrer les locaux dans leurs villages et de partager leurs transports.

Les églises de Lalibela ont été encore plus impressionnantes. Creusées directement dans le sol de la montagne, elles sont entièrement sculptées dans le roc. C'est assez bizarre de savoir que ces structures sont à proximité, mais de ne les voir que lorsque l'on se trouve à côté de l'excavation. Elles ont l'avantage d'être regroupées, ce qui rend la visite plus pratique que pour celles de Tigray et, à mon plus grand plaisir, elles sont parsemées de tunnels et cachettes secrètes qui m'ont fait sentir comme Indiana Jones.

Petite note sur nos expériences avec les transports Éthiopiens, maintenant que nous avons un peu plus de pratique: il faut persister pour se rendre à un agent officiel de la station d'autobus pour savoir le tarif et l' horaire de départ. Cela veut souvent dire de se battre pour ignorer la multitude de gens qui veulent nous "aider" en nous indiquant le minibus qui charge le triple ou le quadruple du prix, tarif faranji(étranger), car le dernier autobus officiel est "déjà parti". La plupart du temps, ils veulent seulement faire une commission et se soucient peu que l'on se rende à destination. Il nous est même arrivé que le minibus dans lequel on a embarqué change la destination et le prix en milieu de chemin! Les autobus officiels ne sont pas nécessairement comfortables ou rapides, mais ils sont réglementés pour s'assurer que même les touristes paient le prix local et qu'il n'y ait pas plus d'une personne par siège dans l'autobus.
Tigray - Église de Abraha Atsbeha
Lalibela - Église de Bet Giyorgis

2 commentaires:

tinaliaquebec a dit...

euhhhhhh... c'est parce que c'est la chute de la mort si le petit bonhomme à côté du trou avance d'un pas de plus sur la deuxième photo. Moi je vote plutôt pour le type d'église de la première photo, même si les portes sont parfois barrées!!!!!!
Étant une voyageuse de luxe, j'espère voir sur Flickr des photos de votre hôtel avec une connection semi-décente. Ca doit être un vrai palace!
Pis côté architecture, est-ce qu'il y a des choses- comment dire- qui valent la peine d'être scrutées pendant des heures? (je pense aux fresques ou aux bas-reliefs en Europe ou en Asie par example)
Vous devez être rendus avec des mollets de la mort avec toutes les randos que vous avez faites! Vous étiez-vous entraînés avant de partir d'Australie pour ça?
Est-ce qu'on va pouvoir vous parler à Noel?
Bisous! toujours contente de vous lire. Surtout que vous rendez JL jaloux, fait qu'on va peut-être nous aussi aller en voyage un jour!!!!

David Vallée a dit...

Yé, plein de questions!
Pour les églises de Lalibela, c'est dur d'avoir une perspective qui montre comment le trou était creux. T'as raison par contre, le petit gars se ferait mal à la marboulette s'il tombait dedans!
Pour l'hôtel, il y en a des luxueux, juste pas dans notre budget. Celui-là, à 40$USD, avait l'internet aux chambres et un siège de toilette! Vraiment mieux que d'habitude, mais ça ne valait pas une photo.
Pour l'intérieur des églises, celles du Tigray avaient des fresques colorées et celles de Lalibela des gravures et des bas reliefs. Malheureusement, nos photos ne sont pas très bien sorties.
Pour l'entraînement, on s'est vite habitué à marcher beaucoup, même si Gen souffre encore en altitude. On a surtout les fesses attendries par les autobus. Quand même, on réalise qu'on est beaucoup plus en forme quand on voyage.
Pour Noël, on ne sait pas encore où on va être. On se dirige vers des endroits un peu moins développés, alors on ne sait pas s'il va y avoir Internet. On va faire de notre possible.