07 octobre 2006

Sortie du Cambodge

Par le temps qu'il nous fallait pour sortir du Ratanakiri, cette charmante province eloignee, notre Visa pour le Vietnam entrait en vigueur.

Nous avons donc repris la route ci-bien decrite par David en sens inverse. Plutot que de nous arreter a Stung Treng, nous avons fait escale a Kratie. Aparemment, on peut y voir les derniers survivants d'une espece de dauphins presque eteinte. Cette activite organisee sentait trop l'attrape touriste et en plus, les bateaux moteurs blessent les betes, alors nous nous sommes abstenus. Nous avons decide d'abreger le sejour et de rentrer le plus vite possible a Phnom Penh pour organiser nos moyens de transport et franchir la frontiere.

Apres nos aventures au fond du Cambodge, nous etions tres desireux de trouver un endroit agreable pour relaxer et surtout pour faire notre lessive! Nous sommes donc aller sur les bords du lac qui est au coeur de la ville. Bonde de "guest houses", de "happy-restos" et de cafes-Internet, il s'agit d' un repaire pour back-packers qui en ont assez du tumulte de la grande ville. Nous nous sommes gates en louant la meilleure chambre du "Green Lake Guest House", qui serait celle que choisi Angelina Jolie quand elle va au Cambodge! C'est un endroit charmant, mais il me semble qu'a sa place, je me serait au moins permis un endroit avec de l'eau chaude dans la salle de bain...

C'est aussi dans ce "Guest House" que nous avons fait la connaissance du plus vieux "back-packer" jamais rencontre! Et oui, pendant la deuxieme guerre mondiale et les bombardements de Londres ou il vivait, notre ami Gerry avait neuf ans! Il a d'abord voyage pour son travaille avec sa femme et ses trois enfants avant de s'installer en Australie. Maintenant, a 70 ans, il entend bien etirer sa pension de vieillesse en faisant le meme genre de voyage que nous! Il regrette seulement de ne plus avoir la forme physique pour faire de longs treks dans la jungle. Il se contente de randonnees un peu plus facile, de ski-nautique et de promenades a dos d'elephant!

Pour le Viet Nam, il existe un autobus Phnom Penh - Ho Chi Minh, mais ca c'est trop facile! Et puis, la perspective de s'y rendre par bateau sur le Mekong etait bien plus exitante. Nous avons donc choisi de nous rentre a Neak Luong, ou il semblait possible de trouver un bateau pas trop cher pour se rendre a la frontiere. Arrive la-bas, nous constatons que le seul bateau se rendant a notre destination etait deja parti. Il nous restait la possibilite de louer les services d'un gars et de son bateau moteur pour nous seuls. Cette option etant honereuse, il nous a offert d'attendre que d'autres touristes se pointent pour partager les frais. Mais quels touristes? L'endroit est vraiment perdu et nous sommes en dehors de la saison touristique! C'est en attendant a la maison du gars qui loue les bateaux que nous avons fait la connaissance de Hay Sam Ol.

Il attendait qu'un bateau en provenance du Viet Nam depose des touristes qu'il transporterait ensuite en autobus a Phnom Penh. Bien qu'etant analphabete, il parlait assez bien anglais qu'il a appris seul, en ecoutant les touristes. Il n'avait pas eu la chance d'etudier parce que les Khmers Rouge l'avaient empeche. Il est de ceux qui ont ete deportes de Phnom Penh pour aller travailler de force dans les champs. Il nous a dit avoir vu la ville vide, donc a feu et a sang. Plus tard, il s'est engage dans l'armee. Ensuite, il a fait toute sorte de petits boulots pour survivre. Maintenant, il fait tout ce qu'il peut pour pouvoir payer des etudes d'anglais a ses enfants, dont il est tres fier.

Il nous racontait tout ca en souriant, comme si c'etait banal. Ensuite, il a pris le temps de nous faire visiter le coin en nous faisant prendre un traversier pour visiter la ville de l'autre cote du Mekong. C'etait interressant d'etre avec quelqu'un qui ne voulait rien nous vendre et qui prenait plaisir a nous faire decouvrir les gens et l'endroit. Nous ne l'aurions jamais su sans lui, mais plusieurs des personnes qui nous saluaient sur la rue, disaient en fait que nous etions de belles personnes, en se demandant ce que nous faisions la! Nous l'avons invite a diner avec nous, mais il etait mal a l'aise d'accepter notre invitation. Il n'etait pas la pour rien nous demander, ca lui faisait simplement plaisir de passer du temps avec nous.

Il comprennait que comme jeunes voyageurs nous n'avons pas necessairement beaucoup d'argent et il voulait qu'on en profite le plus possible! Alors, il s'est arrange pour que la famille qui possede les bateaux vers la frontiere nous heberge gratuitement pour la nuit. Il etait plus facile pour nous de partir le lendemain matin tres tot avec le monsieur qui devait de toute facon aller livrer des bicyclettes a son frere. Il ne nous a fait payer que l'essence pour se rendre!

Nous avons donc dormi sur un vrai lit cambodgien (ca ressemble a une table en bois sans matelas), sous un vrai moustiquaire, avec un lezard gigantesque comme animal de compagnie! Ils ont ete bien gentils avec nous en fournissant le repas et en tentant de nous accomoder le mieux possible.

C'est donc le dos racque que nous nous sommes embarque au petit matin dans la chaloupe a moteur pour le Viet Nam. C'est un privilege de pouvoir se balader librement comme ca sur ce grand fleuve et de voir vivre ses habitants qui en dependent.

La frontiere est arrivee par surprise apres une heure de voyage. On nous a fait descendre sur un petit quai banal et on nous a fait monter sur des motocyclettes. Il a fallu une heure pour passer au travers de toute les formalites douanieres. Chaque etape avait lieu dans un batiment different et l'ensemble ressemblait a une colonie de vacances avec ses petits chemins en terre battue le long du cours d'eau. Ca change des aeroports, surtout que nous etions les seuls a passer par la si tot le matin!

La suite sur Chau Doc, Can Tho et le reste du Viet Nam dans un autre recit... A suivre!

5 commentaires:

Marc, celui qui n'aime pas les voyages a dit...

Bon, c'est quoi l'affaire? On n'entend rien pendant trois semaines, puis tout à coup il y a trois messages en moins d'une semaine! C'est est assez pour épuiser mon stock de niaiseries. Faut dire que je suis un peu grippé et que mon cerveau est resté au lit ce matin. Mais ce n'est rien pour vous intéresser, de toute façon, vous vous êtes poussés assez loin pour être à l'abri de mes microbes, qui sont d'ailleurs une gracieuseté de mon fils et ma femme, que je salue cordialement, un mouchoir souillé à la main.

Il semble donc qu'il y a des gens sympathiques partout dans le monde, et pas seulement au 452 allée de la Roseraie à Saint-Eustache. Je suis bien content que vous vous fassiez plein d'amis, et que les gens vous trouvent beaux. Imaginez s'ils me voyaient! C'est pourquoi je n'ose pas m'aventurer dans ces pays-là, de crainte que ces gens me supplient d'être leur dieu. J'en ai assez d'être mon propre dieu.

Alors je vous laisse avec un autre magnifique proverbe sur les voyages : Les voyages améliorent les sages et empirent les sots. À vous de décider dans quelle catégorie vous entrez!

traversy a dit...

Pour sortir des sentiers battus:c'est réussi.Je dois vous avouez que mes ballades à deux sont beaucoup plus propres et calmes.Continuez à rire de vous:moi je l'ai fait.Gene..tu me surprends.Bonne route.

bisous Lyette

traversy a dit...

Mise au point:j'aurais dû écrire:mes ballades à deux roues.À vous de rire.
Lyette

cath a dit...

Ouais!!!! J`ai finalement eu le temps de lire votre blog!!!!
Nous on a finalement ete s`inscrire a internet et acheter des telephones aujourd`hui, mais on ne les aura pas avant lundi (les tels) parce qu`ils voulaient rien savoir du alien registration temporaire de J-L. J`irai donc tout arranger lundi.
Dave, t`es rendu pas mal bon dans les auto-portraits! La plupart de tes photos du Vietnam sont trop fonces pour que je vois la face des gens... ce qui entraine la question suivante, etes-vous reelement aussi bronzes que vous en avez l`air??
Ici, il fait tres chaud et tres soleil, mais il n`y a pas une marque de bronzage sur ma peau, malgre le fait que je marche au moins 2-3 heures par jour et que je n`ai pas les traditionnels ombrelle et chapeau des Japonaises.
Enfin... bronzage ou pas, je suis bien contente d`Avoir finalement pu avoir de vos nouvelles!!!
Bisoux

Julie Lamothe a dit...

C'est bien plaisant de vous lire... Je voulais juste vous dire que les fameux dauphins existent bien... Ce n'est pas une arnaque... Ils sont noirs et n'ont pas la même forme de nez que les autres... Il en resterait 20 dans le Mékong. Je les ai vu à la frontière du Laos et du Cambodge et les gens étaient très respectueux, on ne les approchait pas en bateau comme à Tadoussac chez nous...

Au plaisir de vous lire encore!

Julie Lamothe