27 avril 2007

Same same but different

Vous ne vous y attendiez plus, mais voici quand même une dernière entrée sur notre voyage en Asie du Sud-est, accompagné des dernières photos de Malaisie, du Brunei et de Singapour! Le délai est dû à une petite période d’adaptation à Perth, en Australie, durant laquelle nous nous sommes trouvé du boulot et un appart!

Que dire de plus sur cette aventure merveilleuse… Nous sommes prêts à recommencer n’importe quand, alors vous pouvez envoyer vos dons à…

Sans blague, lorsque l’on regarde en arrière, on réalise que les pays que nous avons visités avaient des traits en commun tout en étant très différents. Cela me rappelle une expression qu’on a entendu souvent en Thaïlande et qui est popularisé auprès des touristes et de leur t-shirts souvenir : Same same … but different. En français : Pareil, pareil, mais différent…

En guise de conclusion pour ce voyage, nous vous avons préparé un pot-pourri de faits divers comparant les gens, les transports et la nourriture des pays que nous avons visités.

Les gens

Same Same:
Euh…ils ont un peu les yeux en amandes et le teint un peu plus bronzé que nous, mais c’est à peu près là que s’arrêtent les ressemblances. Chaque population à sa propre histoire, ses propres origines et toute une variété de traditions qui se multiplient avec la grande quantité de tribus et minorités qui peuplent l’ensemble de la région.

... but different

Les Thaïs:
Ils adorent leur roi! Tellement, qu’on les a beaucoup vu porter des polos jaunes en son honneur. Ils sont très bouddhistes, mais cette religion ne semble pas très contraignante. Vous allez au temple et vous faites quelques offrandes et le tour est joué. En fait, il se dégageait une certaines sérénité et une joie de vivre de tout leur petits rituels. On voyait beaucoup de moines enroulés dans leurs toges jaunes.

Les Cambodgiens: Pauvres, mais accueillants. Ils se remettent courageusement des affres du génocide de Pol Pot. Ils sont rieurs et il nous a toujours été facile d’entrer en contact avec eux. Il y a tout ceux qui se sont portés volontaires pour nous faire visiter certains petits coins et aussi les enfants qui étaient toujours prêts à jouer avec nous.

Les Vietnamiens: Organisés et un peu centrés sur eux-mêmes. Ils sont fiers de leur culture. Dans leur société, les uniformes sont très présents pour chaque profession. Mentionnons que les adolescentes portent le Ao dai, qui est une sorte de robe ajuster à collet mao sur un pantalon de pyjama. Le tout étant en soi blanche, elles ressemblent à des anges. D’ailleurs, les anges sont sûrement un symbole parmi tant d’autre pour les caodaïstes qui forme une secte haute en couleur! Ici, chaque costume à une signification particulière.

Les Laotiens: Nous les avons trouvé tellement relaxes et paisibles, même quand ils sortent de la banque avec des sacs remplis d’argent. Il ne s'agit pas de voleurs, mais chaque jour ils doivent aller chercher les billets nécessaires au roulement de leurs commerces et ça fait beaucoup, beaucoup de coupure. Nous avions vraiment l’impression de trimbaler une montagne de kip avec nous tout le temps, même si ça ne valait presque rien! Ce sont les Laotiens qui nous ont laissé le plus de liberté lors de notre séjour. Ils sont prêts à aider, mais sans nous courir après et nous envahir à la sortie des autobus.

Les Akhas: Au Laos, nous avons eux l’occasion de rencontrer des individus de cette minorité et de partager leur rude mode de vie dans les montagnes. C’est toujours un choc de voir des gens qui vivent encore de manière aussi primitive. Leurs traditions sont encore très présentes : ils portent toujours leurs habits traditionnels, vivent dans des huttes en bambou avec foyer central, cultivent le riz à flanc de montagne et pratiquent la pêche de rivière, selon la région. Les femmes portaient des coiffes très élaborées avec plein de pièces d’argent et de borderies, le tout pour aller travailler au champs et récolter du bois!

Les Birmans: Leur population n’a rien d’homogène car elle est issue de plusieurs groupes indiens, chinois et thaïs. Toutes différences confondues, ils nous ont offert les sourires les plus sincères de notre voyage! C’est probablement dû en partie au fait que le tourisme est beaucoup moins développé, compte tenu de la situation politique du pays. Les hommes portaient des longis, sortent de tube de tissu qu’ils attachent à la taille. Les femmes et les enfants, avaient le visage peint avec de tanaka qui leur dessinait de gros carré jaune. Nous n’avons jamais vu autant de gens jouer avec des cerfs-volants que dans ce pays.

Côté religion, il y a des hindouistes, des musulmans, des chrétiens et des bouddhistes dans le pays. Le mélange est facile à remarquer, surtout dans les petites villes où sur le même coin de rue il y a une église, un temple et une mosquée. Ici, les moines bouddhistes portent des toges rouges et sont très ouverts à recevoir des visiteurs dans leurs monastères.

Les Malaisiens, Brunéiens et Singapouriens: Évidemment, leurs cultures se ressemblent à cause de la proximité géographique et des racines communes comme le commerce avec la Chine et l’Inde et la colonisation anglaise qui a laissé ses traces. La Malaisie et le Brunei sont des pays musulmans, mais très tolérant envers les touristes. Les femmes portent le voile, mais cela donne lieu à tout un mélange de couleurs. Je pense que c’est un trait asiatique que d’aimer toutes les couleurs vives et pastelles.

On pourrait ajouter que les Brunéiens ont un sens de la patrie très développé. Ils sont fiers de leur riche sultanat et ils le démontrent en mettant des drapeaux partout.

A Singapour, on le remarque facilement, ils sont capables de garder une ville propre! Certains se plaignent qu’il y a trop de règlements municipaux, mais tout le monde semble s’y plier. On pourrait presque manger sur les trottoirs!

Les transports

Same Same:
Si vous allez en Asie, vous pouvez vous attendre à prendre un assortiment de moyens de transport assez étonnant! Éléphants, bateaux, motos, autobus et le tout dans une gamme de confort très variée.

... but different

En Thaïlande:
Ils conduisent à gauche, même s’ils n’ont jamais été colonisés par les Anglais. A Bangkok, les tuk-tuks sont roi. La meilleure façon de se déplacer entre les villes est par autobus. Il y en a qui partent dans toute les directions à toute heure de la journée.

Au Cambodge: C’est un peu moins facile qu’en Thaïlande, surtout pour comprendre leur système. La loi propose la conduite à droite, mais ce n’est qu’une suggestion! D’ailleurs, leurs véhicules ont un volant à gauche ou a droite sans trop les déranger! Leur modèle préféré dans les régions reculées est la Toyota Camry qu’ils convertissent en taxi pour 10 personnes pour les longs trajets dans des pistes pour amateurs de rallye!

Ils sont aussi prodigieusement créatifs en matière de chargement de mobilette! Voici notre top 8 des plus flagrantes excentricités :

1- Un buffle (Water Buffalo) entier et vivant. Méthode : une planche de bois attachée à la place du passager, avec l’animal fixé dessus.
2- Trois gros cochons vivants. Même technique que pour le buffle.
3- Un grand tuyau d’environ 10m de long. Méthode : deux mobilettes et deux conducteurs. Chacun tient sont bout tout en essayant de coordonner sa conduite avec l’autre.
4- Une famille de 7 (3 adultes et 4 enfants!). A noter que le conducteur prévoyant portait un casque.
5- Une grande armoire à deux portes. Ici, le dos du conducteur sert à retenir le meuble.
6- De grands cubes de glace. Probablement pour la livraison à domicile ou encore pour la climatisation du véhicule car il fait chaud au Cambodge. Résultat : ça fait des conducteurs pressés!
7- Tellement de paniers et de sacs de riz qu’on ne voyait plus le conducteur. Les sacs se livraient peut-être eux même!
8- Des backpackers avec leurs énormes sacs à dos, tout étonnés de se faire proposer la mobilette comme moyen de déplacement. Les conducteurs quand à eux ne sont jamais trop embêté par les bagages… on ne se demande plus pourquoi!

Au Vietnam: Les vietnamiens sont amateurs de deux roues. À Ho Chi Minh, les mobilettes sont partout. Les heures de pointes sont infernales, avec cette nuée de petits véhicules qui se faufilent entre les voitures et les autobus qui se retrouvent immobilisés dans les ronds-points.

Dans d’autres petites villes comme Cantho ou Hoi An, il y a plus de bicyclettes.

Au Laos: Les Laotiens voyagent en autobus. Ils connaissent approximativement leur heure de départ, mais leur heure …ou journée d’arrivée, demeure facultative. En fait, leurs véhicules sont souvent vieux et ont connus de meilleurs jours. Quand à la qualité des mécaniciens, disons qu’ils ont une stratégie commune : regarder le véhicule en panne en espérant très fort qu’il reparte. Un de nos conducteurs a été particulièrement proactif en tentant de changer un pneu quand le radiateur surchauffait! C’est une façon comme une autre de laisser le moteur refroidir.

En Birmanie: Dans les trains et les bateaux, vous n’avez jamais besoin de prévoir votre casse-croûte! À chaque arrêt, des femmes avec des plateaux de victuailles sur leur tête viennent à vous! Par contre, si vous prenez un pick-up, il faut être patient. Tout d’abord, il ne partira pas avant d’être plein, c’est-à-dire une vingtaine de personnes et leurs bagages qui s’entassent sur des bancs dans la boite du pick-up pour sur le toit. En chemin, tout ceux qui voudront embarquer seront les bienvenus. Vous devez les accommoder sur vos genoux. De plus, 5 ou 6 jeunes hommes vont s’accrocher aux côtés du véhicule pour des trajets de parfois deux heures. La bonne chose est que le coût du transport est étonnamment bas. Vive le covoiturage!

En Malaisie, Brunei et Singapour: Moderne et confortable! Aucun problème donc aucune anecdote. Les systèmes de métro de Kuala Lumpur et de Singapour sont modernes et efficaces.

Les Malaisiens de l’île de Bornéo ne se compliquent même pas la vie avec la construction de route. Grâce à leur compagnie aérienne à rabais, Air Asia, ils voyagent en avion aussi facilement qu’on voyageraient en autobus en Thaïlande. Rapide, simple et efficace!

La nourriture

Same Same:
Tout voyage est en soi une exploration culinaire! En Asie du Sud-est, le trait commun est évidement le riz. Il y a aussi les fruits qui sont exceptionnellement frais et goûteux. Nous avons fait la découverte des fruits du dragon et des ramboutans. Cependant, les mangues, les ananas et les bananes plantain, nature ou en jus de fruits glacés sont restés nos préférés.

... but different

En Thaïlande:
La gastronomie de ce pays est de loin la plus élaborée et la plus raffinée. Quel délice! Les Thaïs aiment leur nourriture épicée avec beaucoup de chili et de sauce de poisson. C’est ça le secret, comme nous le disait nos professeurs de cuisine, car nous avons tenté de démystifier le bon goût de leur cuisine!

Nos plats préférés : Tous les currys! Dans le sud du pays, le curry vert au lait de coco et le curry massaman étaient particulièrement excellents.

Sinon, il y a tous les classiques comme le riz frit et les nouilles frites de toute sorte.

A Chiang Mai, vous pouvez même déguster toute une variété d’insectes!

Au Cambodge: La nourriture est assez simple et beaucoup moins savoureuse qu’en Thaïlande. Donc, rien à déclarer en particulier. Nous avons pourtant adopté les cafés glacés versions cambodgienne : du café instant, de la glace et beaucoup de lait condensé sucré. Quand il fait chaud, ce breuvage sans prétention est parfait!

Au Vietnam: Les Vietnamiens mangent de la soupe au bœuf, « pho bo », pour déjeuner et en fait, a toute heure de la journée. C’est un plat simple constitué d’un grand bol de bouillon, avec des nouilles blanches, des fèves germées, des feuilles vertes et des morceaux de bœuf. Il ne vous reste plus qu’à ajouter vos condiments préférés : du chili mariné ou broyé et séché, de la sauce de poisson ou les feuilles qu’ils vous apportent invariablement en complément. David s’ennuie de ce met depuis que nous avons quitté le pays!

Au Laos: Ils sont capable de faire du pain comme les Français…vive les influences coloniales! Nous avons donc consommé une grande quantité de sandwichs, histoire de changer un peu du riz frit ou des nouilles.

Le laap est un plat vraiment traditionnel. Il s’agit d’une salade de viande, comme du poulet ou du bœuf hachée, avec du chili et de la menthe. Pas mal! Il faut le manger avec du riz collant qu’on prend avec les doigts.

En Birmanie: Quantité, quantité, quantité! Le repas classique est constitué de un ou plusieurs curry qui sont en fait des morceaux de viande dans une sauce vaguement épicée. Il y a toujours une soupe comme un bouillon de feuille de moutarde! Ensuite, il y a du riz, du thé et toute une série de plat d’accompagnement comme des légumes marinés. En dessert, nous avons mangé de la noix de coco dans du sucre de palme ou des petites palettes de noix et de sésames dans du sucre caramélisé et cristallisé. Ce n’est pas la nourriture la plus savoureuse, mais c’est toujours servi avec générosité et simplicité, alors ça vous fait apprécier.

Il y a aussi les salons de thé où ils servent de l’excellent thé avec du lait sucré et des pâtisseries. Souvent, ces petites gâteries sont inspirées des Indes comme les samosas, petit triangle de pâte frite farcie de viande et de légumes, ou des chapatis, sorte de crêpe épaisse qu’on trempe dans du curry ou une trempette au pois chiche.

En Malaisie, au Brunei et à Singapour: L’influence indienne est partout. D’ailleurs, nous avons fait un excellent repas indien à Singapour. Notre grand préféré a été le roti canai, qui est une sorte de pain mince comme une crêpe qu’ils font frire et qu’ils servent au déjeuner avec du bouillon de curry. Hummm…

Sinon, il faut mentionner que les malais sont de grands amateurs de « fast food ». Toutes les grandes chaînes sont représentées, mais ils sont sans aucun doute les plus grands amateurs de Poulet Frit Kentucky de la planète!

Voila ce qui complète notre récit et nos constatations sur les pays d’Asie du Sud-Est. Merci d’avoir été de fidèles lecteurs. Nous avons apprécié vous partager nos aventures et vos commentaires nous ont fait plaisir. Nous vous dirions bien au plaisir de vous revoir, mais il nous reste encore tellement d’aventure à vivre qu’ils faudra être patient avant de nous voir la binette! Alors, à bientôt électroniquement...

3 commentaires:

Ju a dit...

C'est triste que ça soit votre dernière entrée... J'adorais vous lire ! J'aime beaucoup les descriptions que tu as faites Miko et même si je n'ai pas tous visité ces pays, pour ceux que j'ai vu je suis entièrement d'accord avec toi.

Ça m'a rappelé qu'à Koh Samui j'avais pris un taxi-mobilette avec tous mes sacs à dos. C'était très hummmm original surtout sur les routes cahoteuses. Qu'est-ce qu'un backpackers ne ferait pas pour sauver 100B ;)

Bonne chance pour la suite, faites attention à vous.

Bisous
Ju xxx

Marc, celui qui n'aime pas les voyages a dit...

Ah, vos descriptions m'ont aussi rappelé des souvenirs exotiques... Comme la fois où j'ai fait un tour de calèche dans le vieux Québec. Ou la fois où j'ai mangé de la pieuvre dans un restaurant chinois d'Ottawa. Ou cette autre fois, où j'ai vu trois ados chevauchant la même bicyclette à côté de la Polyvalente de Deux-Montagnes. Que de dépaysement...

ET J'AI PAS EU BESOIN D'ALLER À L'AUTRE BOUT DU MONDE POUR L'AVOIR, BORDEL!

Les gens du Québec : ils sont assez sympathiques et souriants, surtout quand ils ont bu quelques bières ou quand ils passent à la télé.

Les transports du Québec : le Québec compte pas mal tous les moyens de transport et les Québécois sont dangereux avec pas mal tous les moyens de transport.

La nourriture du Québec : ce qu'elle a de très exotique, c'est que les risques d'empoisonnement alimentaire sont très faibles, même quand la viande n'a pas été traitée à grands renforts de curry pour tuer les bactéries.

Le Québec, same same, but... same!!! Et c'est le plus grand avantage!

Ah, dire que je ne pourrai même plus chiâler sur ce blog. Je vais me défouler sur celui de Cat à la place! Adieu, je m'en vais vers des prés plus verts!

Anonyme a dit...

Des fois je viens voir votre blog en espèrant que vous y écriviez une nouvelle aventure, mais ça faisait assez longtemps que vous étiez sur la trotte. J'espère que vous avez encore ben du fun en Australie.

Dominic Légaré